Des millions de passagers sont mécontents du service offert par leurs opérateurs aériens. Pas moins de cinq millions voyageurs sont chaque année victimes soit d’un retard, d’une annulation ou d’un surbooking, alors qu’il fau s’attendre au pire en voyageant sur un vol bi ou multi-itinéraire.

Un grand nombre de voyageurs préfèrent prendre l’avion pour s’envoler vers des diverses destinations. Certains préfèrent de combiner des vols dont le total du montant des billets d’avion est beaucoup moins cher en comparaison avec le montant d’un billet d’avion offert pour un vol direct (sans escale).

Correspondance ratée … les droits à réclamer:

En voyageant sur une ligne multi-itinéraires, un léger retard se produisant lors du décollage d’un avion peut causer un lourd désagrément aux passagers, en particulier, à ceux qui doivent embarquer dans un deuxième avion appartenant à une autre compagnie aérienne, pour arriver à leur destination.

Ils disposent pourtant des droits lorsque les choses vont mal, trois quart des passagers sont peu voire mal informés sur leurs droits à l’indemnisation.

Sur le territoire français seulement, plus de quatre millions voyageurs voient leur voyage virer au cauchemar chaque année, soit à cause d’un retard ou d’un surbooking. Etre surbooké ou retardé par son transporteur peut empêcher le voyageur à attraper son avion, et manquer en conséquence son vol de correspondance.

En effet, plusieurs évènements peuvent être à l’origine des désagréments aériens dont l’évolution du trafic aux aéroports perturbant en conséquence la circulation aérienne (décollage ou atterrissage des avions à l’heure, …). Toutefois, d’autres facteurs peuvent influencer le bon déroulement des voyages en avion :

– Préjudices causés par le transporteur, donnant conséquemment accès à la réparation :

– Grève des pilotes / PNC

– Pannes moteurs.

Désagréments causés par des circonstances extraordinaires qui sont hors de la volonté de la compagnie aérienne (non réparables) :

Grève des techniciens de la tour de contrôle

Facteurs climatiques : neige, pluie, brouillard, verglas, vent,

Catastrophe naturelle : Tornade, éruption volcanique, …

Les membres du personnel navigant commercial et les pilotes de ligne ont un syndicat les représentant et défendant leurs droits en cas litige, contrairement aux passagers. C’est pour cette raison qu’une loi a été élaborée en février 2004 par les membres du parlement des états constituant l’union européenne.

Les éléments clés de la plateforme de la charte des droits de passagers sont notamment les suivants

– Répondre aux besoins des passagers coincés à l’aéroport (leur servir de la nourriture/boisson, les orienter et leur offrir une assistance particulière, …)

– Les indemniser en cas où le retard enregistré à l’atterrissage est supérieur à trois heures.

Vol de correspondance manqué … Que faire et vers qui se tourner?

À l’aéroport, lorsqu’un vol ne décolle pas à l’heure prévue, le passager est en droit de demander une attestation justifiant notamment sa présence à bord, mais prouver également qu’il était retardé pendant trois heures ou plus par son opérateur et avoir en conséquence accès à un dédommagement.

Votre vol était retardé ou annulé ? La compagnie vous a interdit l’embarquement à cause d’une surréservation? Par conséquent, votre second avion a décollé sans vous ? En manquant un vol de correspondance, quels sont les droits à défendre, et que faire pour les faire valoir ?

Une telle situation donne lieu au dédommagement. Votre opérateur vous doit une compensation qui n’est pas estimée au hasard, mais calculée suivant un barème :

250euros: Prendre un vol domestique (distance inférieure à 1500km)

400euros: S’envoler sur une ligne connectant des destinations régionales (trajet supérieur à 1500km et inférieur à 3500km)

600euros: Voyager sur une ligne intercontinentale (dont la distance entre les deux aéroports dépasse les 3500km).


Important: Il est à noter que ce règlement s’applique aux compagnies aériennes qui appartiennent aux pays UE, ainsi qu’aux transporteurs aériens situés à l’extérieur de l’UE (desservant des vols au départ des aéroports européens).

Quand le retard franchit le seuil des cinq heures, les passagers peuvent choisir entre remboursement du tarif de la réservation ou un billet aller-retour en cas où leur vol inclut une correspondance. Tout en indiquant que cela n’influe pas sur leurs chances d’acquérir un dédommagement financier.

En ratant sa correspondance, le passager peut rester à l’aéroport jusqu’à ce que son transporteur l’achemine vers un autre avion. Le retard se calcule en fonction de l’heure de départ du premier vol et l’heure d’arrivée du dernier avion. Si la durée est plus de trois heures, le voyageur est dans son droit de réclamer une indemnité.

Afin de pousser votre opérateur à respecter vos droits, la seule démarche possible est de déposer une réclamation.

Vous avez raté votre avion ? La compagnie refuse généralement de vous dédommager sauf si une procédure judiciaire est exécutée de votre part.

Veuillez à ce que les différents documents de voyage soient toujours en votre possession (billet d’avion, carte d’embarquement, …), et sachez que la loi et les députés européens vous défendent.