Les retards de vols sont indemnisables?

Plusieurs vols peuvent être sérieusement perturbés par une fermeture d’un aéroport soumis à des travaux de rénovation, panne au niveau de la tour de contrôle ou à cause de problèmes et complications à l’intérieur de la compagnie elle-même.

En France, comme en Espagne, Suisse, Angleterre ou dans toute l’Europe, les compagnies aériennes qui ne sont pas en mesure de respecter leurs plans de vols (les horaires en particulier) sont tenues de compenser leurs passagers financièrement.

Quel dédommagement pour les victimes de retard?

La législation européenne exige de payer une indemnisation aux passagers dont le vol a accusé un retard résultant de :

– Climat inconvenable pour le transport aérien,

– Panne informatique à l’aéroport,

– Absence des responsables du contrôle aérien.

Les passagers coincés et bloqués dans les aéroports ne peuvent se débrouiller touts seuls,  ils ont besoin de l’assistance et de l’aide. En n’arrivant pas à décoller à l’heure de départ (qui est indiquée sur le billet d’avion), fournir une assistance, des collations et communication aux voyageurs dont le décollage du vol n’a pas eu lieu, est une mission que chaque opérateur doit accomplir, et ça n’a aucun lien avec ce que doit ce dernier à ses passagers (indemnité) en leur causant un retard de trois heures.

Si le retard est important, les passagers doivent être emmenés vers un hôtel qui se situé à proximité de leur aéroport.

Les passagers sont jugés non éligibles au dédommagement si leur avion est cloué au sol à cause de certains évènements qui sont hors de son contrôle et sa maitrise.

Les passagers ont jusqu’à cinq heures pour annuler leur réservation et se faire rembourser le montant de leur billet. Toutefois, avoir un remboursement ne les prive pas de leurs droits de défendre leurs intérêts en étant éligible à une réparation ou compensation économique.

Une seule exception à cette règle:

La compagnie aérienne appartient à un pays qui ne fait pas parti de la liste des états de l’union européenne. Dans le cas d’une arrivée tardif d’un vol desservi par un tel opérateur, les passagers risquent de ne pas pouvoir monétiser leur désagrément, leur compagnie aérienne ne leur doit aucune indemnité à moins que leur vol a décollé sur une piste d’un aéroport de l’UE à l’image de El-Prat de Barcelone ou Kiev-Boryspil

Dans le cas d’easyJet, tous ses vols sont éligibles à la réparation monétaire en accusant des retards qui ne sont pas le résultat d’un cas de force majeure.

Pour l’incapacité de les transporter à l’heure appropriée, easyJet doit répondre à la demande de ses passagers prétendant sous conditions à l’indemnité forfaitaire qui est évaluée en premier selon la distance entre l’aéroport de départ et d’arrivée :

250euros (<1500km)

400euros (>1500km)

600euros (>3500km)